Thesaman

Le carnet THESAMAN (THEâtre, Savoirs, AMAN = eau en Amazigh et paix/protection en arabe) est le reflet de réflexions et d’échanges autour des savoirs sur l’eau en milieu agricole, par le biais du théâtre forum, entre une équipe projet et les citoyens, d’une part dans le sud de la France (Provence) et d’autre part dans la région de Meknès (Maroc).

L’eau agricole joue un rôle majeur pour les mutations actuelles des sociétés méditerranéennes en contexte de changement climatique. La manière dont les différentes parties prenantes (chercheurs compris) échangent leurs savoirs et leurs positions sur cette question a un impact sur les stratégies mises en œuvre tant dans le milieu de la recherche et de l’université, que dans celui des planificateurs, des agriculteurs etc. THESAMAN est un projet de recherche participative qui interroge un outil spécifique d’échanges de savoirs et de prise de décision : le théâtre forum. Il examine si ce dernier peut ou non favoriser (i) une meilleure équité entre porteurs de savoirs ; (ii) une reconnaissance de l’existence de différents systèmes de pensée valides (pluralisme épistémologique) ; (iii) l’amorce de prises de décision communes viables. C’est un projet pluridisciplinaire et comparatif entre la France et le Maroc, deux pays où l’histoire de l’eau agricole est à la fois singulière et reliée. La recherche réunit cinq laboratoires (LPED, CNE, LEST, IREMAM, ENA), deux masters et une école d’agriculture (AMU/FST et EJCAM, ENA), deux associations (Maison régionale de l’eau, IFKER), et deux compagnies de théâtre forum (Théâtre de l’opprimé de Casablanca, CotéAct). Le processus de recherche filmé est relayé par les services de culture scientifique et technique de l’IRD.

Ce carnet est à la fois un espace privilégié d’échanges entre les équipes des deux bords de la Méditerranée – étudiants, professionnels de l’eau et enseignants-chercheurs – et un lieu de diffusion et de vulgarisation des activités et recherches menées tout au long du projet.

Sécheresse dans le Luberon : enquêtes et ateliers de théâtre forum-CNV au service d’un projet collectif

Projet de recherche-action participative, THESAMAN interroge les usages et les représentations de l’eau dans une perspective comparatiste entre la France et le Maroc. Sur ces deux terrains, il s’agit notamment d’examiner la façon dont différents savoirs, compétences et représentations coexistent, portés par différents acteurs (experts, responsables de la gestion de l’eau, citoyens usagers, chercheurs), comment ils circulent et peuvent (ou non) aboutir à amorcer des décisions communes.

Après un volet d’enquêtes et d’ateliers mené au Maroc dans la région de Meknès en novembre 2021 et février 2022, le terrain français s’est déroulé durant la première semaine du mois de mai 2022 à Viens, commune du Luberon située entre Apt et Forcalquier. De part et d’autre de la Méditerranée, ces deux territoires, différents par bien des aspects, partagent des problématiques proches liées au déficit local en eau et aux menaces de sécheresse dans un contexte de changement climatique.

La région de Viens dans le bassin versant du Calavon-Coulon est représentative d’un problème beaucoup plus général de forte diminution quantitative de la ressource en eau, notamment en période estivale, de dégradation de sa qualité et de fragilisation des milieux naturels aquatiques. Il s’agit d’un territoire déficitaire dont l’alimentation provient à plus de 75 % de transferts extérieurs. Conjugué à la croissance des besoins, l’impact du changement climatique s’y fait particulièrement ressentir ces dernières années avec la multiplication des périodes de sécheresse et d’assecs des cours d’eau, même en hiver. Si les transferts mis en place, notamment depuis les eaux de la Durance, permettent de satisfaire les besoins en eau potable, d’importantes difficultés subsistent, qu’il s’agisse du maintien de l’activité agricole mais aussi de la préservation des milieux naturels, habitats indispensables à la biodiversité.

Durant la semaine du 2 au 7 mai 2022, l’équipe du projet THESAMAN a entrepris d’expérimenter une démarche originale alliant une enquête auprès d’acteurs locaux et plusieurs ateliers de concertation et de réflexion collective. Cette démarche est le résultat d’un partenariat entre chercheurs (IRD, CNRS, AMU), mairie de Viens, experts de l’eau et des milieux naturels (Maison régionale de l’eau, Parc Régional Naturel du Luberon), et associations locales.

L’enquête, menée principalement par entretiens auprès des acteurs locaux, a fait apparaître les usages de l’eau (domestique, agricole, loisirs…) mais aussi les représentations et les savoirs qui lui sont liés ainsi que les rapports sociaux qu’elle induit.

Les trois ateliers d’une durée de 4h chacun, basés sur un appel à participation ouvert auprès des habitants de Viens et des environs, rassemblaient différents groupes, désireux de s’impliquer dans une démarche collective autour des problèmes liés à l’eau : habitants, gestionnaires de gites, agriculteurs, élus, experts de l’eau et professionnels…

L’une des originalités de ce projet est que l’ensemble des acteurs rassemblés dans les ateliers, y compris les experts et les chercheurs portant le projet, participent collectivement au dispositif. Dans ce cadre, les savoirs académiques et experts sont mis en dialogues avec ceux des citoyens, et c’est ensemble que peut se construire progressivement réflexion et une action collective.

Ce dispositif utilise des outils eux aussi rarement utilisés dans la recherche en sciences sociales comme la Communication non-violente (CNV), le Théâtre-Forum (TF) et plus largement, une gamme d’outils facilitant la mobilisation de l’intelligence collective. Ces outils s’avèrent particulièrement utiles sur des terrains sensibles ou les acteurs peuvent avoir des points de vue et des intérêts différents. En amont même des discussions portant directement sur le problème traité – ici, l’eau, sa raréfaction, la nécessité de son partage –, ils permettent de développer un posture d’ouverture favorable au dialogue, de prendre en compte les relations de pouvoir et de tenter de les dépasser.

Cette préparation préalable a rendu possible le retour vers le problème concret posé aux acteurs afin de prendre des décisions, passer à l’action tout en restant à l’écoute les uns des autres.

Les deux aspects de cette démarche expérimentale (enquête par entretiens et ateliers) ont étés filmés de façon à pouvoir à la fois accumuler une matière destinée à l’analyse mais aussi à restituer sous forme filmique les différentes étapes du projet.

Cette première enquête exploratoire peut ouvrir plusieurs pistes possibles et nourrir d’autres projets de recherche-action : avec des mises en œuvre concrètes assorties de réflexions comme une monographie plus approfondie sur les enjeux de l’eau dans les territoires concernés (Maroc et France), ou encore une recherche menée sur les questions de concertation, de communication et de partage des savoirs.

Équipe de terrain : Célia Boudou (EJCAM), Philippe Hert (CNE), Magali Jameux (Parc régional du Lubéron), Sophie Lewandowski (LPED, IRD-AMU), François Siino (IREMAM-CNRS), Laura Taubman (Cinéaste), Karine Vinciana (Maison régionale de l’eau).

 

Zerhoun, Maroc © Zoubir Chattou et Sophie Lewandowski, mai 2022

Sécheresse dans le massif de Zerhoun – Province de Meknès, Maroc : enquêtes et ateliers de théâtre forum au service d’une concertation pluri-acteurs

Le projet THESAMAN (IRD) a impliqué l’École Nationale d’Agriculture de Meknès (ENAM) et l’Association Ifker d’éducation à l’environnement et développement durable comme partenaires au Maroc. Il a rassemblé des étudiants, des chercheurs et des acteurs locaux (élus et citoyens) du massif de Zerhoun pour les initier ensemble à l’usage du théâtre forum comme outil facilitant la concertation multi-acteurs autour de la gestion sociale de la ressource hydrique. 

Deux périodes se sont succédées dans le déroulement du projet THESAMAN au Maroc : la première opérée en novembre 2021, elle s’est focalisée sur la formation à l’utilisation du théâtre forum dans la recherche-action-participative. Les étudiants se sont alors initiés au jeu du théâtre forum et ont réalisé des entretiens sur la thématique de la gestion sociale de l’eau auprès d’un public très varié à Moulay Idriss Zerhoun. La seconde réalisée en février 2022, a intégré des femmes et des hommes du territoire dans un jeu théâtral débouchant sur une concertation sur la question de la sécheresse et la diversité des usages de l’eau, notamment en période de pénurie.

Théâtre forum à Zerhoun, février 2022
Théâtre forum à Zerhoun, février 2022

Le choix de la ville de Moulay Idriss Zerhoun (12 000 habitants, RGP 2014) et de la zone rurale du Cercle du Zerhoun se justifie au regard de la dimension séculaire de cette ville, de sa vocation historique à l’échelle du Maghreb en tant que ville du savoir, d’enseignement, de spiritualité et de pèlerinage.  Sa proximité du site archéologique romain de Volubilis (classé UNESCO) lui confère une position géographique d’exception. Les jeunes de moins de 29 ans représentent 46,4 % de la population totale et les femmes se retrouvent particulièrement exposées à la précarité et à la vulnérabilité sociale.

 Cette population limitrophe du Site d’intérêt biologique et écologique (SIBE) du Zerhoun exerce une pression sans précédent sur le milieu naturel et particulièrement sur la ressource eau. N’ayant pas de nappe et reposant essentiellement sur la pluviométrie et les eaux des sources, la zone est très exposée à la pénurie d’eau en période de sécheresse et le défi d’adaptation avec les changements climatiques demeure majeur.

L’implication de la commune et de la maison de jeunes de la ville de Moulay Driss, en plus de l’ENAM et de l’Association Ifker, a permis d’élargir la concertation et de montrer comment la question de l’eau pourrait être conflictuelle selon les intérêts paradoxaux et les usages différenciés en période de sécheresse. Le citoyen, l’agriculteur, le promoteur économique, l’élu, les administrations de gestion de l’eau ou la communauté villageoise ne perçoivent pas la gestion de l’eau de la même façon. Les dimensions conflictuelles ont été gérées selon des normes ancestrales mais subissent souvent des perturbations en période de rareté de l’eau.

Les entretiens réalisés avec des profils d’acteurs différents par rapport à la ressource eau ont révélé des enjeux et défis que les acteurs sont amenés à gérer dans un contexte de changement climatique de plus en plus visible. L’année 2022 au Maroc a été une année particulièrement marquée par une sécheresse sévère qui a marqué les paysages agraires, les activités productives et les stratégies de mobilisation et de protection de la ressource.

La mise en scène de la question de la gestion de la rareté de l’eau par le théâtre forum a touché plusieurs dimensions complexes mais qui ont fait l’objet d’un débat continu à l’échelle locale. En effet la qualité de l’eau, son abondance, sa mobilisation, sa protection, son exploitation et sa perception selon les différents registres religieux, institutionnel, communautaire ou politique ont été mis en lumière. Les participants, selon la place et le rôle qu’ils occupent dans le système social, ont réagi à la mise en scène, apporté des solutions et révélé les contradictions et les enjeux locaux par rapport la ressource eau.

Scène de théâtre forum, Zerhoun 2022
Scène de théâtre forum, Zerhoun 2022

Tout se passe comme si on était en présence d’un véritable brainstorming entre acteurs de profils différents. Le fait de filmer les discussions et les échanges permet de produire des données qualitatives au profit d’une action de recherche participative sur les usages, les conflits et les stratégies des acteurs par rapport à l’eau. Bien que les structures de l’État se positionnent comme des acteurs légitimes dans la gestion de l’eau dans les villes et périmètres hydrauliques aménagés, la gestion sociale de l’eau dans les douars (village) est un mode d’administration collectif et communautaire de la ressource bien établi. Les usages sont socialement prédéfinis et les pratiques maitrisées par la communauté. La rareté de l’eau détermine en effet les formes de sa gestion et les conditions de partage de la ressource. Les formes de gestion étatiques, individuelles et communautaires ont été au centre du débat rendu possible grâce au théâtre forum.

L’approche participative, facilité par l’outil théâtre forum, rassemble le chercheur, l’expert, l’élu, le citoyen et l’usager de l’eau pour des fins économiques dans un débat collectif et public. La mise en dialogue des apports des uns et des autres a contribué à la construction des savoirs sur la gestion multi-acteurs de l’eau et le partage des connaissances au sein du territoire de la vile de Moulay Idriss.

Cette première expérience ouvre plusieurs pistes de recherche-action et d’animation territoriale sur la gestion durable des ressources naturelles. Elle montre concrètement comment la méthode « théâtre forum » pourrait s’emparer de problématiques complexes en les rendant par le jeu et l’interaction plus abordables, facilitant une co-construction de projets territoriaux durables, des référentiels communs et le partage de connaissances entre des acteurs différenciés à l’échelle locale.

Équipe de terrain : Zoubir Chattou, (ENAM/Ifker), El Hassane Abdellaoui (ENAM), Sophie Lewandowski (LPED, IRD-AMU), Houssni Almoukhlis (Théâtre Forum), Abdelhalim Zizi (Vidéaste), Mr. Mostapha Ouaradi (Montage).